mercredi 24 mai 2017

Questions à...Samuel Delage !

J'ai rencontré Samuel Delage lors d'une dédicace sur Cholet il y a à peine 2 ans.


Comme pour toutes dédicace, il y a eu de mon côté, ce petit moment de doute (que vais-je lui dire ?!) avant de me lancer "j'y vais, j'y vais pas, allez à 3 j'y vais !"...
J'y suis allée et je ne regrette absolument pas. J'ai rencontré un écrivain talentueux et qui est très à l'écoute de ses lecteurs.
A cette occasion j'ai donc découvert son dernier ouvrage paru à ce jour, il s'agit de Cabale pyramidion où l'on retrouve ses personnages principaux Yvan Sauvage et Marion Evans.



Samuel Delage c'est l'homme aux 10000 idées, l'esprit toujours en ébullition et l'œil toujours ouvert pour capter le meilleur. Il est écrivain et il a créé également un site "Les petits mots des libraires" que vous trouverez ici. Ce site est un réseau pour rassembler les libraires et mettre en avant leur métier passionnant.

Et puis depuis quelques semaines maintenant, nous pouvons retrouver les chroniques de Samuel, sur France 3 région, le jeudi dans l'émission "9h50". Un vrai régal car il met en avant des coups de cœur littéraires mais également des libraires de la région Pays de Loire notamment. Un petit extrait sur ce lien .

Je vous laisse donc découvrir un peu plus Samuel grâce à ce questionnaire :


- Le principal trait de ton caractère : La joie de vivre
 
- Ton rêve de bonheur : La liberté, celle de pouvoir me consacrer entièrement à l’écriture.
 
- Le pays que tu aimes le plus, qui t'inspires ou celui où tu voudrais vivre : La France, j’ai encore beaucoup de découvertes à y faire. 
 
- Ta couleur préférée : Le rose, cette couleur est toujours présente dans la nature dans les moments que je préfère, le matin, le soir, mais aussi dans la végétation.
 
- Ta fleur préférée : La rose
 
- Ton animal préféré :L’écureuil, malin, discret, curieux, agile.  
 
- Ton pêché mignon : Le chocolat
 
- Ce que tu détestes par-dessus tout : L'agressivité
 
- La faute pour laquelle tu aurais le plus d'indulgence : L’ignorance parce qu’on apprend tous les jours. 
 
- Ta devise / citation préférée :  Nos rêves n’ont pour limites que celles qu’ont leur donne.

Niveau lecture :

- Quel livre a marqué ta vie ? : Le Petit Prince, l’équilibre entre, l’aventure, la philosophie et il est question de rose. 

- Ton endroit préféré pour écrire : La solitude de mon bureau à la maison.
 
- Un rituel ou une habitude lorsque tu écris ? : Musique !
 
- Le livre qui a pu t'inspirer pour devenir écrivain : Il y en a beaucoup, mais peut-être qu’inconsciemment le tout premier était Le Petit Prince.
 
- Parmi tes ouvrages, au quel es-tu le plus attaché ? : Je suis attaché à ma bibliothèque, toute ma bibliothèque. 
 
- Ton auteur préféré : Stephen King, c’est un auteur aux multiples plumes.
 
- Quels sont tes projets en cours ? Est-ce que tu peux nous en parler un peu ?

" Je vis sur une planète de projets, l’écriture de plusieurs romans, l’écriture de séries TV, les préparations de mes chroniques TV chaque semaine, la gestion d’un site que j’ai créé avec passion, « Les Petits Mots des Libraires ». Pour les détails sur les projets en cours, il est question de la suite des aventures de mes héros récurrents, Yvan Sauvage et Marion Evans, et pour le reste, c’est encore privé, sur ma table de travail, en plein ouvrage. "


Vous pouvez découvrir un peu plus l'univers de Samuel en allant visiter son site : par là


Je remercie chaleureusement Samuel d'avoir répondu à mes questions et surtout de me permettre d'avancer moi aussi dans ma passion car j'ai pu intégrer la team du site pour proposer des partenariats avec des libraires de la région Pays de Loire et mettre en avant nos coups de cœur commun. Une belle aventure, faite de jolies rencontres notamment des libraires mais aussi avec la team "Les petits mots des libraires".











mardi 23 mai 2017

Péril au fournil








Détails :

Auteur : Céline Barré
Nombre de pages :
Editions : Auto-édition
Genre : Humour


Résumé :
Le Président de France se comporte comme un despote !

Il provoque des avalanches de catastrophes, faisant fi des besoins de ceux qui l'ont élu. Qu'à cela ne tienne, Jocelyne, une boulangère, décide de monter à Paris afin de hurler sous ses fenêtres !

Insoumise et candide, la boulangère souhaite prendre la tête de la seconde Révolution Française.

Elle va tout mettre en œuvre afin de torpiller les manœuvres présidentielles.

Pourra-t-elle compter sur le soutien de son mari volage et de ses voisins dans cette entreprise ô combien risquée ?

Une armée de gentils bras cassés parviendra-t-elle à renverser le pouvoir en place ?

Qui est ce blogueur qui prend un malin plaisir à moquer le Président ?

Et ce chanteur has been qui semble leur vouloir du bien est-il sincère ou bien manipulateur ?

Deux femmes de tête vont prêter main forte à la boulangère.

Entre révolution personnelle et Révolution tout court, suivez les destins croisés de Joce, Martine et Marie-Cécile de La Morne. Vont-elles renoncer à leurs vies plan-plan et prendre le large ? Elles vont devoir choisir entre passion et raison

Elles vous feront voyager du Cotentin jusqu'à la frontière espagnole en passant par Paris et l'Angleterre.

D'embûches en rebondissements rocambolesques, amusez-vous de leurs mésaventures.



Mon avis :
En ces temps de changement pour la France, il est de bon ton de glisser un peu d'humour pour détendre l'atmosphère !

Alors pourquoi pas retrouver Jocelyne la boulangère ?

Céline Barré nous offre donc à nouveau une histoire pleine d'espoir et d'ambition. Un village français n'a que faire du nouveau président et ne va pas hésiter à monter en délégation sur Paris pour exprimer son désaccord. Cette délégation va être menée par Jocelyne et ses acolytes, des personnages hauts en couleurs et quelque peu caricaturaux mais c'est cela qui rend l'ouvrage drôle et attachant.

J'ai retrouvé avec plaisir la plume de Céline, bien que l'originalité soit un peu moins présente puisque je m'attendais aux mésaventures et autres rebondissements assez rocambolesques puisque j'avais lu le précédent livre "Quel pétrin" qui présentait notamment le personnage de Jocelyne. 

Au-delà de l'humour, on note un message assez clair : quand on a la volonté, on peut tout faire ou du moins, tout tenter... Impossible n'est pas français !

Et Jocelyne en est un parfait exemple, elle n'hésitera pas à foncer et crier haut et fort pour être entendue et son voyage en France nous fera aussi parcourir ces kilomètres avec elle pour la rendre encore plus attachante.

J'aime les personnages forts et ayant du caractère, cela donne souvent des romans vifs et percutants. C'est le cas ici !

Bonne lecture !

Vous trouverez ci-après le lien vers le blog de l'auteur : Blog de Céline Barré

lundi 22 mai 2017

L'amour à nu

Me revoilà avec une nouvelle lecture et il s'agit d'un premier roman




Détails :

Auteur : Charlie Wat
Nombre de pages : 100
Editions : auto-édité
Genre : chick-lit


Résumé :
Gaëlle rêve de devenir journaliste. Ses études terminées, elle se rend à Paris pour tenter de décrocher le job idéal. Dès son arrivée, elle rencontre Gabin, un jeune homme dont elle tombe éperdument amoureuse. Mais, bien sûr, rien ne va se passer comme prévu... Ajoutez à cela une arrière-grand-mère un peu fantasque qui lui envoie un cadeau pour le moins inattendu, et c’est toute son existence qui est chamboulée. Après" L’amour à nu", comédie romantique pétillante et originale, vous risquez de ne plus ouvrir votre boîte aux lettres de la même façon...



Mon avis :
Découvrir un nouvel auteur c'est comme arrivé devant le sapin à Noël et se demander ce qu'il a dans les paquets... Alors quand le paquet est tout petit mais que l'emballage est magnifique, la pression monte ! Ca été le cas avec ce roman... la couverture est originale et laisse l'esprit se frayer un chemin au cœur de l'imagination et pourtant le livre est relativement fin.

Allez, on embarque avec Gaëlle !

Le début commence doucement et gentiment, une jolie provinciale qui veut à tout prix tester la grisaille parisienne pour montrer au monde qu'elle a sa place dans cet univers journaleux sombre et effrayant ;) , quoi de plus banal pourrait-on penser ? Et on a raison, le début est plutôt simple et léger.

Mais c'est sans compter sur la plume de Charlie Wat qui a su capter l'attention en glissant un détail plutôt "fantasque" dans ce qui pourrait sembler une histoire romantique sans grand rebondissement.

Et ce détail va faire la différence, enfin pour moi !
D'une part car j'aurais rêvé connaître mon arrière-grand-mère et d'autre part car l'aspect un peu "magique" de cette histoire m'a permis de m'y attacher.

Lorsque Gaëlle découvre le cadeau de son arrière-grand-mère cela la perturbe car elle ne sait quoi en faire, puis lorsque celui-ci va agir, elle va y prendre goût. Je crois même que si j'avais été l'auteur, j'en aurai rajouté en terme de vengeance !

L'ouvrage reste dans l'ensemble un très bon livre de chick lit, il se lit vite, il m'a fait sourire et imaginer des situations bien pires (car oui mon esprit est pas tout à fait brancher 100 % chick-lit :))). Je me suis attachée à Gaëlle et à sa famille car je trouve qu'il y a une belle entraide et un soutient sans faille, j'adore.

Ce premier roman m'a donné envie de suivre la suite des aventures de Charlie Wat et notamment la sortie d'un prochain livre en juin 2017.

Bonne lecture !





mercredi 17 mai 2017

Amies de papier




Détails :

Auteur : Christophe Cazenove / Ingrid Chabbert
Dessin : Cécile / Couleur : Sandrine Cordurié
Nombre de pages : 70
Editions : Bamboo
Genre : Bande dessinée jeunesse


Résumé :
Une belle relation épistolaire à l’heure du portable et des réseaux sociaux.
Pour son anniversaire en ce début d’été, Mei, 11 ans, se voit offrir un bête papier à lettres. Le même papier à lettres que reçoit de son côté Charlotte pour sa fête, 11 ans elle aussi. Ce point commun provoque la rencontre des deux jeunes filles qui vont passer une magnifique journée ensemble, la seule avant la fin des vacances à la plage pour Charlotte. Une amitié naît de cette brève rencontre, et pour la poursuivre quel meilleur moyen que de s’écrire sur ce papier à lettres ?
Car si le papier est fragile, ce n’est pas le cas de ce que l’on écrit dessus …



Mon avis :
C'est un fait, j'aime beaucoup ce qui se fait pour la jeunesse. Quand j'ai vu la BD d'Ingrid Chabbert dans les rayons de la librairie "Le renard qui lit" à Chalonnes, ni une ni deux, embarqué dans mon panier.

Je trouve que le choix proposé en littérature pour les enfants est rempli de bonnes surprises.
Cette bande dessinée n'échappe pas à la règle.

Et je trouve très original de revenir à certaines valeurs aussi. En effet, on suit Mei et Charlotte, deux petites filles qui vont recevoir un drôle de cadeau pour leur anniversaire : du papier à lettres.
A l'ère du numérique, autant dire que leurs parents ont eu une idée "ringarde" de prime abord.

Mais c'est sans compter sur ce que l'amitié peut rendre possible. Les deux jeunes filles vont ainsi construire une belle relation et comprendre que parfois les mots écrits sont aussi, voire plus, touchants que ceux prononcés.

Une très belle bande dessinée avec de jolis dessins et des couleurs très chaleureuses.



J'ai un gros faible pour cette BD car j'aime énormément l'écrit et ça rappelle des souvenirs d'enfance, les cartes postales, les courriers qu'on attend avec impatience. Une bouffée d'été en plein mois d'avril, ça donne super envie de filer à la plage et profiter du soleil !

Vous pouvez y aller en toute confiance, c'est un très bon moment de lecture !






































































mardi 16 mai 2017

Elle voulait juste marcher tout droit










Détails :

Auteur : Sarah Barukh
Nombre de pages : 423
Editions : Albin Michel
Genre : Historique


Résumé :
1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras.
C’est le début d’un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l’enfance.

Comment trouver son chemin dans un monde dévasté par la guerre ? Avec une sensibilité infinie, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d’une enfant prise dans la tourmente de l’Histoire.



Mon avis :
J'avais très envie de découvrir ce roman pour plusieurs raisons.

D'abord, je suis toujours très intéressée pour découvrir des histoires avec la seconde guerre mondiale comme trame de fond. Non pas que ce thème soit une "passion", mais plutôt parce que je cherche à comprendre, à différents niveaux, ce qui s'est passé, comment les gens ont fait face ? comment on en est arrivés à cette guerre ?

Cette couverture ensuite. Elle m'inspire à la fois une appréhension mais également un espoir. J'avais du mal à savoir que pouvait raconter cette petite fille avec sa valise, la perte ?, le renouveau ?, l'envie de vivre ?, le désespoir ?.

Enfin, en lisant la quatrième de couverture.
Ce résumé m'en dit un peu plus sur le contenu et je sais à l'avance que celui-ci me plaira. Une petite fille battante qui veut avancer, c'est pour moi ce type d'histoires !

Effectivement, ce livre est un de mes premiers coups de cœur de 2017.
Une histoire qui m'a touchée, qui a su mettre en avant cet enfant, Alice, qui semble mal démarrer dans la vie et qui portera tout au long des pages, l'espoir et la certitude qu'après la pluie vient le beau temps. Mais Alice devra forcer le destin parfois pour accomplir son rêve !

Ce livre nous offre un point de vue différent sur la guerre puisqu'ici il n'est pas tellement question des camps, ni des horreurs directes de la guerre mais plutôt des conséquences quasi "invisibles". La grande Histoire est effleurée pour poser le contexte mais la narration est axée principalement sur Alice.

Elle nous emmènera en Amérique, puis nous fera revenir en France et au fil des pages nous la verront mûrir et apprendre de son quotidien.

Ce premier roman est très réussi ! Je me suis prise tout de suite d'affection pour Alice, elle est sensible et en même temps courageuse. Elle est intelligente et rusée. Chaque page compte et nous entraîne dans les rues de New York comme celle de Paris, on s'y croirait. Sarah Barukh, l'auteur, maîtrise son sujet parfaitement ce qui en fait un roman très bien construit, très riche car des détails se glissent et apportent une pertinence supplémentaire à la lecture. C'est aussi un roman sensible qui évoque des thèmes importants comme la recherche de ses origines, la reconstruction après la guerre et le fait que la narration porte sur un regard d'enfant me semble particulièrement original.

Des ouvrages sur la Seconde guerre mondiale il en existe beaucoup mais assez peu avec un regard d'enfant. J'ai aimé Alice pour ce qu'elle pouvait apporter aux lecteurs, un regard original, novateur sur une période historique compliquée. Alice n'abandonnera pas sa mission, celle de savoir qui elle est et d'où elle vient ? Je valide à 200 %.


J'ai relevé une citation qui m'a semblée percutante et qui prend tout son sens à la lecture de cet ouvrage :

"Tout le monde te dit que pour savoir où on va, faut savoir d'où on vient, et que tout ça, ça dit qui on est. Foutaise. La seule chose qui est vraie, c'est le moment présent, ce que tu vis, ici et maintenant."

Un vrai coup de cœur pour cet ouvrage que je vous conseille de lire !

Une très belle découverte dans le cadre des 68 premières fois, édition 2017



Quelques infos sur l'auteur



Depuis l’enfance, Sarah Barukh a toujours aimé les histoires, celles qu’on lui contait ou celles qu’elle s’inventait. Elle a longtemps travaillé dans la communication, la production audiovisuelle et éditoriale. Elle voulait juste marcher tout droit est son premier roman.


vendredi 12 mai 2017

Rencontre Cholecteurs

Une nouvelle rencontre était programmée en ce samedi 29 avril 2017.

Nous avions beaucoup de nouveautés puisque les Cholecteurs se sont un peu délocalisés...En effet, Marie de la librairie Le Renard qui Lit a bien voulu nous accueillir dans son magasin. Et nous avons donc déjeuné sur Chalonnes dans un endroit parfait, le Café Bondu !




Une jolie table avait été préparée pour l'occasion, le soleil étant au rendez-vous nous avons pu manger en extérieur.



Nous avons retrouvé nos habitudes et évoqué nos lectures depuis le mois de février.


Un invité était présent à cette journée et pas des moindres puisqu'il s'agit de Samuel Delage. Il a gentiment accepté mon invitation à nous rejoindre et partager avec nous ses projets, ses publications, ses idées...


Nous avons notamment évoqué son site Les petits mots des Libraires.
Ce site met en avant les libraires chères à nos cœurs et une nouvelle rubrique est née récemment. Il s'agit de proposer des partenariats entre les blogs et les libraires.
C'est un vrai plaisir d'avoir Marie en libraire partenaire car nous avons des goûts assez similaires !

Voici donc la librairie "Le renard qui lit" qui nous accueillait.
Sa page Facebook 
:

Nous avons passé un super moment !

Samuel nous a raconté son parcours et notamment celui pour le site Les petits mots des libraires avec les évolutions prévues, les idées envisagées, les attentes aussi des libraires, des lecteurs. Une journée passionnante et nous n'avons pas vu le temps passé.





Chacun a ensuite pu faire son tour en librairie car les rayons de Marie sont très très très attirants. Beaucoup d'ouvrages géniaux, une présentation claire et lumineuse, des rayonnages très jolis, tout pour bien faire !



Et puis nous avons évoqué notre coup de cœur commun avec Marie pour le livre de Gilles Marchand "Une bouche sans personne".


Samuel en avait parlé dans son émission du jeudi précédent, si bien que plusieurs personnes sont reparties avec l'ouvrage dans les mains.
Un vrai bonheur de transmettre nos coups de cœur .


Vous commencez aussi à me connaître alors vous savez que je n'ai pas pu rester moi non plus les mains vides...J'ai craqué ! Mais j'assume ;)

Mon craquage ! (mais plusieurs étaient pour ma fille quand même !)


Rayon jeunesse


Nos rencontres sont faites de bonne humeur, de beaucoup d'échanges humains passionnants, d'idées de lectures pour les semaines et mois à venir, de promesses de se revoir.

Un concentré de bonheur !

La prochaine rencontre aura lieu certainement à l'automne avec une belle surprise je l'espère !

Bonnes lectures !













mercredi 10 mai 2017

Quart de frère, quart de soeur, tome 1 : Une rivale inattendue


J'ai hésité à prendre ce livre lors du salon de Montaigu le 9 avril mais c'était reculer pour mieux acheter car je l'ai pris le 29 avril à la Librairie Le Renard qui lit à Chalonnes sur Loire où nous faisions notre rencontre de lecteurs.
De quoi je parle ? De ce livre bien sur :




Détails :

Auteur : Sophie Adriansen
Illustratrice : Maureen Poignonec
Nombre de pages : 96
Editions : Slalom
Genre : Jeunesse


Résumé :
Quart de frère, quart de sœur, c’est l’histoire d’une famille recomposée comme il en existe beaucoup, racontée du point de vue alterné d’Arthur et Viviane, qui se détestent à l’école et vont apprendre à s’aimer, en vivant sous le même toit.

Drôle et rythmée comme une série, ce roman ouvre le récit en plusieurs tomes des aventures familiales d’Arthur et Viviane que tout oppose mais que l’amour réciproque de leurs parents va réunir.

Tome 1 : Une rivale inattendue

Pas de bol ! Viviane, originale, impertinente et très drôle, qui vient d’arriver des Antilles avec son père et son frère, est prise en grippe par Arthur, élu « le plus cool de l’école » et qui a peur que son titre soit menacé par la nouvelle que tout le monde a envie de connaître. De petites histoires en grandes bagarres, l’histoire d’amitié entre ces deux-là est très compromise. Contrairement, à celle de leurs parents qui se font les yeux doux à la sortie de l’école. Alors qu’il rêve que sa maman ne soit plus seule, Arthur voit ce rapprochement d’un mauvais oeil. Quant à Viviane, elle espérait mieux pour son papa que la mère de ce vantard d’Arthur en guise de première connaissance dans ce nouveau pays.



Mon avis :

Pour les livres jeunesse j'avoue avoir un gros faible pour les couvertures. C'est souvent ce qui me décide à acheter ou non. Encore une fois ça été le cas ! Je trouve que les personnages sont super bien dessinés et l'ensemble donne envie.

En découvrant à l'intérieur d'autres dessins j'étais ravie !

L'histoire nous emmène donc à la rencontre de deux enfants, Arthur et Viviane que tout semble opposer. Viviane doit s'intégrer dans une nouvelle école et essaie d'apporter de nouvelles idées mais ce n'est pas du goût d'Arthur qui a le monopole de la popularité à l'école. Mais lorsque leurs parents feront connaissance, les enfants n'auront d'autres choix que de cohabiter avec l'ennemi !

Ce livre est très bien écrit. L'histoire est plutôt originale avec l'arrivée de Viviane qui vient des îles, ce qui donne un vocabulaire dynamique, des dessins colorés, des idées très créatives. J'ai trouvé que Viviane avait une formidable capacité d'adaptation et une énergie incroyable
Arthur est plutôt un peu renfrogné mais cela donne justement un peu de piment dans le quotidien de ces deux enfants. Chacun reste campé sur ses positions et met l'ego de l'autre à rude épreuve. Il va donc leur arriver quelques bricoles qui feront sourire car rien de méchant dans ce récit.

L'auteur nous entraîne dans les questionnements des enfants sur les adultes, sur les "pourquoi" ?, sur la famille et ce qu'elle représente. J'aime beaucoup le style car il amène le lecteur à réfléchir tout en étant agréable et fluide.

Les thèmes abordés sont contemporains, il est question de la pré-adolescence, mais également de l'importance des écrans dans la vie des enfants au travers du frère de Viviane, et puis le divorce est aussi abordé ainsi que les prémices d'une famille recomposée. Chaque sujet est amené en douceur et on ressent une délicatesse dans la manière d'écrire. Malgré les petites bêtises, il n'y a pas de violence dans ce roman et les dessins sont très jolis et permettent d'imaginer les scènes bien plus facilement. Que ça fait du bien ! 



C'est un livre qui se lit vite pour un adulte mais qui est parfaitement cohérent pour un enfant à partir de 9 ans je pense.

Une très jolie lecture jeunesse !

Quelques infos sur l'auteur et l'illustratrice
L'auteur, Sophie Adriansen a :


• de l'imagination et des souvenirs d'école
• une allergie à l'ananas, comme Arthur
• assez de cheveux pour se faire 24 couettes, comme Viviane
• une passion pour son ordinateur, comme Gaëtan
• une fascination pour les robes de mariée, comme Myrtille et Camélia
• des parents divorcés, comme tout le monde
• un métier formidable : inventeuse d'histoires

L'illustratrice, Maurèen Poignonec





surdouée du dessin, Maurèen a 4 écoles d'art à son actif : les beaux-arts de Versailles et de Paris, les arts décoratifs de Strasbourg et une formation d'illustratrice au lycée Corvisart. Elle a illustré des albums et des romans, notamment chez Didier Jeunesse, Sarbacane, Flammarion, et un univers tendre et espiègle, où les enfants sautillent comme le Petit Nicolas, et rêvent comme les héros de Roald Dahl.



mardi 9 mai 2017

Sharko

Quand on est gourmand on en redemande
Voici donc le nouveau roman de Franck Thilliez

(magnifique couverture au passage)





Détails :

Auteur :  Franck Thilliez
Nombre de pages : 568
Editions : Fleuve Noir
Genre : Thriller


Résumé :
« Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse. Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élançaient à la poursuite du gibier. A la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux. »

Le lieutenant Lucie Henebelle a tiré sur un homme en dehors de toute procédure. Pour la protéger, son compagnon Franck Sharko, lui aussi flic au 36 quai des Orfèvres, a maquillé la scène de crime. Ils vont récupérer l’affaire. Celle d’un type retrouvé dans sa cave, mort d’une balle dans la gorge.
Y a-t-il plus infernal, quand on est flic, que de devoir enquêter sur son propre crime ?



Mon avis :

« Ce nouvel opus de Franck Sharko commence par un prologue intrigant et dérangeant…


Un homme se met volontairement en danger dans un bassin rempli de requins, la suite vous la devinerez aisément. Et puis commence le roman avec un crime commis par Lucie Hennebelle, la compagne de Sharko. Celui-ci fera tout pour sauver sa famille d’un désastre sans nom ! Les deux « affaires » vont ne sembler n’avoir rien en commun, pourtant Sharko et Hennebelle vont avancer dans une enquête qui prendra des proportions inimaginables et qui sera bien plus périlleuse qu’il n’y paraît.


Je pourrais aussi vous dire que ce nouvel opus c’est juste de la bombe !
Je pourrais aussi vous dire que Franck Thilliez nous envoie du lourd, du très lourd !
Je pourrais aussi vous dire que quitter ce roman, c’est se retrouver comme abandonné par un ami !


Mais Sharko c’est tout ça et bien plus, Sharko c’est le flic qui assure jusqu’au bout, droit comme un I, fier comme Artaban, futé comme un renard… Dans cette nouvelle enquête, il va déjouer toutes les ficelles, une par une, car une seule chose compte, la vérité !


Ce roman nous montre aussi que l’amour peut tout, Lucie et Sharko sont des âmes sœurs que rien ne pourra séparer et ainsi ils forment un duo de choc pour l’enquête. Ils seront amenés à être encore plus soudés lorsque leur collègue Nicolas Bellanger, découvrira certains détails qui semblent liés à l’enquête en cours, j’ai eu la sensation d’une enquête dans l’enquête à chaque page.


Le jeu du chat et de la souris, vous connaissez ? Alors vous allez adorer cette partie ! Et le gagnant n’est pas toujours celui qu’on croit ? Vengeance ou ruse, chacun aura à cœur de sauver ce qu’il a de plus cher…


Chaque détail compte, chaque mot, chaque acte dans cet ouvrage révèlera ce que la nature humaine a de plus sombre et puis dans de fugaces instants Franck Thilliez apaisera l’ensemble en glissant ici et là les failles de chacun, ce qui fera redescendre la pression pour mieux affronter le pire !


Ce roman se lit très vite, car l’écriture est intense, mais fluide et surtout terriblement passionnante, jusqu’à la chute qui vous fera trembler, vaciller dans vos idées préconçues, réfléchir sur l’Humain. Bien sûr on en redemande, car Franck Thilliez est redoutablement, magistralement intelligent pour arriver à évoquer les scandales sanitaires du 20ème siècle et laisser le lecteur avide de connaissances tout en maintenant sa pression artérielle à un niveau rarement égalé !


Chaque rebondissement est savamment dosé pour nous laisser croire que nous avons atteint le pire et ça fonctionne à 200 %, on respire un coup et on repart à l’aventure en France, mais aussi à l’étranger sans bouger de sa place. J’ai aimé cette lecture bien plus que je ne l’aurai imaginé, c’est addictif, car le récit semble réaliste, tout est parfaitement décrit, les idées sont à leur place, les émotions vont crescendo. Le coup de poker en fait !


Si vous ne lisez pas ce livre, méfiez-vous la prochaine fois que vous donnerez votre sang ! Vous aurez été prévenus … »

Et en ce moment, tentez votre chance pour remportez votre exemplaire de SHARKO !

Facebook
Twitter
















Quelques infos sur l'auteur


Franck Thilliez est né en 1973 à Annecy – ce qui explique certainement l'intérêt pour la haute montagne de cet enfant pourtant du Nord pure souche, qui vit aujourd’hui dans le Pas-de-Calais. Rien ne prédestinait ce passionné de cinéma à l’écriture, si ce n’est une imagination foisonnante et le besoin de raconter des histoires. Ingénieur de formation, Franck Thilliez s’illustre d’abord dans les nouvelles technologies et devient très tôt spécialiste en informatique. Mais aux algorhitmes et suites binaires, Franck préfère les thrillers, tout particulièrement ceux qui se passent en milieu hostile. C’est en alliant sa formation scientifique et son goût pour le genre qu’il va imaginer des intrigues qui, très vite, deviendront des succès à la fois critiques et populaires.











jeudi 4 mai 2017

L'amie prodigieuse


Nouveau jour, nouvelle lecture :






Détails :

Auteur : Elena Ferrante
Nombre de pages : 448
Editions : Folio
Genre : Contemporain


Résumé :
Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu'au plus profond de leur âme.



Mon avis :
Depuis sa sortie en librairie, cette couverture me faisait de l'œil. Mais j'ai résisté un moment ;)  ! Je l'ai offert sur les conseils de Ludivine, notre super libraire, à Karine, ma super copine...

Et puis je l'ai lu.

J'ai d'abord été surprise de trouver la liste des personnages présents dans ce roman, je n'ai pas l'habitude et moi qui ne retient pas les noms j'ai trouvé que c'était une bonne idée. Sauf que, au cours de ma lecture je n'en ai pas eu besoin. Mon œil s'est focalisé sur Elena et Lila. Comme d'habitude j'ai bien vu qu'il y avait d'autres personnages mais je n'ai pas figé mon esprit sur eux.

J'avais cette impatience de découvrir le destin de ces deux jeunes filles dans une ville italiennes que je ne connais pas mais qui attire ma curiosité, Naples.

D'Elena et Lila nous saurons tout ou presque. A chaque étape de leurs vies nous découvrirons leurs émotions, parfois complémentaires, parfois opposées mais qui toujours les attireront l'une vers l'autre. Une citation dit "Un ami c'est celui qui devine toujours quand on a besoin de lui", c'est très représentatif de ce livre.

Chaque jeune fille va évoluer et vouloir s'affranchir de son passé pour avancer et apprendre de la vie. Leurs familles ne voient pas toujours de bon augure leurs désirs d'émancipation. Ils aiment leurs vies telles qu'elles sont mais ne pourront empêcher Elena et Lila de vouloir bousculer la routine.

J'ai aimé ce livre car il décrit une très belle amitié, touchante et plutôt objective. Malgré le nombre de pages, le livre se lit plutôt vite car les deux amies nous entraînent dans leurs aventures avec simplicité et passion.

J'avais envie de lire ce livre car l'image de couverture renvoie automatiquement à nos souvenirs d'enfance et ainsi à nos rêves.

Le destin des héroïnes est aussi lié à l'environnement social, économique de l'Italie. En tant que femme, leur situation va changer également et c'est ce que j'ai aimé. Elles sont combatives, loyales, généreuses et dynamiques. Un très beau mélange qui nous donne un ensemble cohérent, touchant, addictif !

L'amie prodigieuse est un vrai beau roman sur un sujet qui fait et fera couler encore beaucoup d'encre, l'amitié !



Un livre à lire !

mercredi 3 mai 2017

Presque ensemble


Un nouvel avis sur un livre de la sélection des 68 premières fois, saison 2017






Détails :

Auteur : Marjorie Philibert
Nombre de pages : 376
Editions : JC Lattès
Genre : Contemporain


Résumé :
Tout commence le 12 juillet 1998. En pleine finale France-Brésil, Victoire et Nicolas se rencontrent dans un bar à Paris. Ces deux révoltés placides deviennent inséparables et se lancent dans la vie de couple. Mais loin de la passion rêvée, nos héros se retrouvent embarqués dans une odyssée domestique désespérément tranquille... L'arrivée de Ptolémée, le chat, leur procure un temps le paradis tant souhaité. Mais rien ne dure ! Drôle et mordant, Presque ensemble explore avec brio le sentiment amoureux à l'épreuve du quotidien, ou simplement peut-être de la vie.



Mon avis :
Dès les premières pages les choses sont posées, les personnages sont présentés dans leurs environnements respectifs jusqu'au jour de la rencontre. On assiste donc à la naissance d'un couple presque ordinaire, qui va développer un syndrome du "presque" tout au long de sa vie. Jamais le nirvana ne sera atteint...

Le couple va évoluer et apprendre à vivre un quotidien qui leur ressemblera (ou pas) mais qui va être un temps bousculé avec l'arrivée de leur chat Ptolémée, mon point d'attachement dans ce récit...

J'ai mis beaucoup d'espoir sur ce livre, je m'attendais à vivre une belle expérience littéraire.
J'ai donc commencé ma lecture de manière dynamique, m'attendant à rire rapidement mais ce ne fut malheureusement pas le cas.

Je suis presque parvenue à entrer dans cette vie quotidienne d'un couple totalement banal en fait. Il m'a manqué quelque chose pour parvenir à vraiment avoir du plaisir à lire leur histoire.

J'ai lu ce livre jusqu'à la fin car j'attendais qu'à chaque page se dévoile un rebondissement me permettant d'entrevoir un avenir positif pour nos héros mais non !

Dans ce roman, pas de rebondissement qui chamboule tout sur son passage, parfois on soupçonne un brin d'optimisme et puis hop c'est la descente vers la routine et tout ce qu'elle engendre.

Marjorie Philibert propose un ouvrage qui ne s'apparente ni à la romance ni à un thriller mais qui reste un ouvrage très bien écrit avec un style plutôt fluide et agréable. Il met cependant en avant les changements générationnels dans la gestion de la vie de couple. Les jeunes voudraient vivre comme les vieux couples solides mais n'ont pas la capacité de gérer les émotions. Nous sommes dans une époque où chaque sentiment peut évoluer d'une minute à l'autre... Nicolas et Victoire vont vouloir croire que leur couple est réparable mais au lieu de prendre de la glue, ils vont prendre la colle bas de gamme qui sèche au moindre coup de chaleur et qui annule l'effet.

C'est un récit contemporain, avec une thématique simple et bien écrite, mais dont je n'ai pas su ressentir le frisson du coup de cœur et qui m'a plutôt laissé un peu triste !



vendredi 28 avril 2017

Nous, les passeurs


Voici une lecture dans le cadre des 68 premières fois, saison 2017

Détails :

Auteur : Marie Barraud
Nombre de pages : 198
Editions : Robert Laffont
Genre : Contemporain


Résumé :
" J'ai voulu raconter l'histoire de mon grand-père et, par ricochet, celle de ses deux fils. J'ai voulu dire ce qui ne l'avait jamais été, en espérant aider les vivants et libérer les morts. J'ai pensé que je devais le faire pour apaiser mon père. Ces mots, c'est moi qu'ils ont libérée. "
Qui est ce grand-père dont personne ne parle ? Marie, devenue une jeune femme, décide de mener l'enquête, de réconcilier son père avec cet homme disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Albert Barraud, médecin, fut un résistant, arrêté par les Allemands. Marie découvrira son rôle protecteur auprès des autres prisonniers. Destin héroïque d'un homme qui consacra sa vie aux autres jusqu'à sa disparition en mai 1945, sur le paquebot Cap Arcona bombardé par l'aviation britannique... Au terme d'un voyage vers la mer Baltique avec son frère, Marie va défaire les nœuds qui entravaient les liens familiaux.



Mon avis : C'EST UN COUP DE COEUR !


J'ai trouvé ce livre extraordinaire.
Des livres sur la seconde guerre mondiale on en trouve beaucoup, certes.
Des livres qui évoque les relations intrafamiliales on en trouve beaucoup, aussi.
Des livres qui transmettent un message fort, on en trouve beaucoup, également.
Des livres qui évoquent des conséquences du passé sur le présent, on en trouve beaucoup.

Des livres qui réconcilient les morts et les vivants, on en trouve déjà moins !

C'est ce type de livre que nous propose Marie Barraud. Elle a une plume passionnante. J'ai été touchée par ce livre parce qu'il met en lumière ce que nous sommes souvent incapables de faire...creuser et remuer les fins-fonds de l'histoire familiale pour comprendre ce qu'elle est aujourd'hui. Certaines vérités sont dures à entendre mais parfois elles sont libératrices. L'auteur a voulu ainsi permettre à son père de poursuivre sa vie en avançant et en étant serein.

La seconde guerre mondiale est porteuse de conséquences encore aujourd'hui. On ne peut pas oublier cette période et ce qu'elle a de tragique. Le grand-père de Marie Barraud a été un homme fort, courageux et généreux. Toute sa vie il a œuvré pour venir en aide aux autres sans se soucier de leurs origines...Je trouve qu'il est exemplaire. Mais ses enfants ont payé le prix de sa générosité. Ils ont du apprendre et se construire sans cette figure masculine à la maison.

J'ai trouvé fantastique que Marie Barraud arrive à retracer le parcours de son grand-père grâce aux archives mais notamment par un "ami" de son grand-père encore vivant. Le récit prend ainsi une autre dimension, j'ai eu la sensation d'être à côté d'elle lorsqu'il lui raconte des souvenirs pénibles et en même temps prouvant les bonnes actions de Albert Barraud.

C'est bouleversant de lire ces lignes...et l'auteur insiste sur le fait que nous venons tous de quelque part et ce quelque part doit être connu de chacun. Les actes, gestes, paroles familiaux nous construisent.

J'ai relevé, entre autres, cet extrait, qui m'a laissé songeuse avant de poursuivre ma lecture :
J'aime l'idée de faire partie d'un cycle et d'apporter mon expérience de vie pour le futur... C'est peut-être pour cela que l'écrit reste ancré dans nos cultures, il faut laisser des traces pour les générations à venir.

Un autre passage m'a laissé songeuse et j'ai eu confirmation à ce moment que ce livre serait un coup de cœur, comme si l'auteur me parlait directement




Ce livre se lit très rapidement et surtout il laisse une empreinte qui pour l'instant ne s'efface pas. Certainement que beaucoup de gens se reconnaîtraient dans l'histoire familiale de Marie Barraud mais peu arrivent à l'écrire. Dans cet ouvrage, les mots sont justes, les sentiments sont puissants, les souvenirs ne sont pas arrangés pour ne pas choquer...ils sont dits ! L'enfer de la guerre reste l'enfer de la guerre ! Mais la reconstruction et l'espoir sont aussi décrits ici. Je suis curieuse à chaque fois de lire des textes sur la guerre car ils nous apprennent énormément. Et en refermant les livres, toujours je pense à ceux qui nous permettent aujourd'hui de vivre en paix. On leur doit tellement !

C'est un récit poignant, passionnant !


Quelques infos sur l'auteur




Il y a des vocations que les générations d'une même famille se transmettent naturellement. Chez les Barraud c'est la médecine. Une seconde nature. Une raison de vivre. Pour Marie Barraud, il en sera autrement. Son instinct, sa grande sensibilité et son inépuisable détermination, elle va les mettre au service de l'art. Elle sera comédienne. Formée chez Michel Galabru puis Blanche Salant ou elle découvre Strasberg et Stanislavski, elle s'envole enfin pour New York ou elle intègre les cours de John Strasberg, fils du célèbre professeur. Elle grandit sur le terrain entre séries télé, programmes courts et cinéma mais c'est surtout au théâtre que cette amoureuse des mots trouve son épanouissement. Lorsqu'on l'écoute parler de son métier, on découvre que finalement elle aussi guérit, soulage et accompagne l'âme des spectateurs. Marie a donc hérité de cette fibre familiale et la plus grande preuve réside dans ce premier roman. Avec Nous, les passeurs (2017), elle a su apaiser les siens.




Merci les 68 pour ce coup de cœur !