vendredi 18 août 2017

Les Koboltz, tome 1 : Mission Uluru


Les vacances se terminent, et reprendre le chemin du blog est un plaisir...
Ca l'est encore plus car je participe à une aventure pour mettre en avant la littérature jeunesse, c'est comme un pied de nez à l'actualité....les enfants sont les adultes de demain alors prenons soin de leur transmettre des valeurs humanistes, grâce notamment à la lecture !


Je vous présente donc l'opération "Booktube et la Blogo en livre" :


"Booktube et la Blogo en Livre est un projet virtuel et collectif créé par Nathan (Le cahier de lecture de Nathan) et une dizaine d'autres blogueurs et booktubers. Se déroulant à la fin du mois de juillet, il a pour but de défendre haut et fort les couleurs de la littérature jeunesse en soutenant Partir en livre, la grande fête nationale du livre pour la jeunesse. Pour sa 3e édition, BBenLivre lance de nouveau un grand concours (plus de 200 livres à gagner !) et se poursuit tout le mois d'août avec un OFF détonant sur Booktube et la Blogo. Au programme ? Une vingtaine d'autres blogueurs et booktubers que la Team officielle de BBenLivre vont à leur tour vous parler... de littérature jeunesse."






Etant novice en matière de vidéo, je vous présente comme d'habitude sous forme d'un article, une lecture jeunesse que j'ai trouvé vraiment bien, il s'agit de :




Détails :

Auteur : Benoît Grelaud
Illustrateur : Sylvain Even
Nombre de pages : 192
Editions : Slalom
Genre : Jeunesse


Résumé :
Les Koboltz ont pour véritable obsession de ne pas polluer la planète. Ils ne mangent aucun animal, cultivent leurs céréales, leurs fruits et légumes sans produits chimiques, et traitent absolument tous leurs déchets. Alors quand les hommes décident de créer un insecticide pouvant entraîner une véritable catastrophe écologique, le petit peuple vivant sous terre décide de mener une mission afin d’empêcher la création de ce poison. Mais pour cela, ils vont avoir besoin de l’aide de Rakiriko, un koboltz banni de son peuple plusieurs années auparavant, mais qui seul sait comment se rendre invisible aux yeux des humains. Rakiriko va-t-il accepter de venir en aide à son peuple qui l’a rejeté ? Les Koboltz vont-ils arriver à temps pour stopper les humains et préserver la planète ? Entre aventure, maladresse et sentiments, Tammpo et ses compagnons vont devoir faire face à de nombreux obstacles.



Mon avis :
Comment ne pas être attiré par ce livre ? La couverture est juste magnifique, colorée, des personnages très mignons, une parité quasi totale, tout y est !

Et lorsqu'on lit la  4ème de couverture, on se dit que l'auteur a compris ce qu'il fallait pour que les jeunes lecteurs viennent vers son histoire.

Je suis rentrée dans l'univers des Koboltz en faisant attention de repérer correctement les personnages pour ne pas me perdre en route. Chacun est attirant et a un caractère bien trempé. Finalement, on ne les mélange pas du tout. En plus, nous avons des illustrations assez régulièrement dans l'histoire. Les dessins sont vraiment très bien et apportent une qualité supplémentaire à l'ensemble.

Pour l'histoire, je pense que l'auteur a totalement raison de sensibiliser son lectorat aux problèmes environnementaux en ayant créer cet univers. Pour les jeunes c'est un message qui passera surement de manière inconsciente mais je suis sur qu'ils se poseront des questions. Quant aux adultes, j'ai été surprise de voir un univers aussi construit et qui a des solutions pour notre planète finalement !

Les personnages sont attachants car tous n'ont qu'une seule volonté : préserver leur monde sans guerre et autres conflits. L'auteur a aussi su mettre en avant des personnages tous bien différents et leurs différences sont toutes utiles. C'est un message qu'on devrait tous entendre et appliquer !

Les thèmes développés dans l'ouvrage ne tombent pas comme un cheveu sur la soupe, ils sont subtilement amenés au cours de la lecture. En effet, la première partie est plutôt consacrée à la présentation de ce monde ignoré des humains et ensuite nous rentrons dans le vif du sujet. L'auteur a d'ailleurs expliqué simplement les conséquences de certains actes commis par l'humain pour bien poser le contexte de son histoire. Je trouve son style passionnant !

En refermant ce roman, une idée tenace vient à l'esprit. Que savons-nous des dessous et de l'avenir de notre Terre ? L'auteur et l'illustrateur ont eu à cœur de nous sensibiliser à l'environnement mais aussi à la tolérance et l'importance de la solidarité dans nos sociétés.

Alors en marchant sur votre pelouse, qui sait si vous ne croiserez pas un petit Koboltz venus vous avertir et vous demander de l'aide ! Et surtout si vous en voyez-un, écoutez ce qu'il a à vous dire ! Ne le laissez pas repartir !

Une jolie lecture jeunesse, qui peut être proposée aux enfants à partir de 8 ans mais même adulte, vous pouvez y aller sans hésiter !


Quelques infos sur l'auteur


Professeur de sport dans le Maine-et-Loire vers 2010.
Auteur vendéen né à Luçon, Benoît Grelaud édite son premier volume d'une trilogie féerique : "Le Maître des clés". Il s'y mêle habilement fantastique et poésie.
(source : babelio)




Vous trouverez ci-après les liens vers les réseaux sociaux pour l'opération "BB en livre", où s'y trouve notamment un concours ouvert du 31 juillet au 20 août !


• Facebook : https://www.facebook.com/BBenLivre/
• Twitter : https://twitter.com/BBenlivre
• Instagram : http://instagram.com/bbenlivre
• Nous contacter : booktubeetlablogoenlivre@gmail.com



Demain, rendez-vous sur :la chaîne La Parenthèse d'Axelle : https://www.youtube.com/channel/UC9xcK4SkHmY7zOZDBfOwbgw









jeudi 27 juillet 2017

Ressentiments distingués




Détails :

Auteur : Christophe Carlier
Nombre de pages : 174
Editions : Phébus
Genre : Contemporain


Résumé :
Le microclimat de l'île : pluie et bourrasques. Ce qui n'empêche pas ses habitants d'avoir un bon fond, et d'accueillir le facteur avec un sourire, quel que soit son retard. Le pauvre homme souffre d'arthrose ; mais l'heure de la tournée n'intéresse pas grand monde. Nul n'envoie plus de lettres d'amour et les factures arrivent toujours trop tôt. Jusqu'à ce que des missives malveillantes atterrissent dans les boîtes aux lettres.
Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l'on cache les secrets. Serait-ce Tommy, le benêt ? La vaniteuse Marie-Odile ? Ou bien Adèle qui goûte tant les querelles ? Ou encore Emile, Laure, Marge ou Félicien ? Bien vite, les soupçons alimentent toutes les conversations. Sans que les bavards complices n'en retirent le plaisir d'être solidaires.



Mon avis :
Arrivé sur une île c'est découvrir et s'immerger dans un microcosme. Les gens se connaissent, vivent presque ensemble puisqu'ensemble ils affrontent la vie. Et l'île leur rend bien cette solidarité innée...rien ne dépasse, les jours, les habitudes sont les mêmes et on pourrait croire à un tableau idyllique si un jour un corbeau n'avait pas semé un vent de panique.


L'histoire n'a finalement rien de spectaculaire car qui oserait troubler la quiétude ambiante et puis le corbeau n'est pas particulièrement méchant. Il dit juste des vérités ! L'intrigue est plutôt dans ce que les destinataires feront de ce courrier reçu. Il y a aussi la crainte qui se cache tapie dans les boîtes aux lettres et qui surgira parfois au moment le plus inattendu.

Alors chacun cherchera dans le regard, les mots, les intonations de voix, ce que l'Autre aurait à cacher.

Un enquêteur va malgré tout chercher à savoir qui se cache derrière ces courriers envoyés de manière aléatoire. Va t'il découvrir le secret de l'île ?

Christophe Carlier nous propose un roman sans rebondissements à vous donner des palpitations mais un roman "fleuve" qui se lit vite et qui a un côté attachant finalement. J'ai trouvé une écriture très agréable, des tournures de phrases nettes et précises.

Chaque personnage présenté a sa part d'ombre et au fur et à mesure de la lecture le voile se lève sur les intentions.

Le livre aurait pu avoir un tournant très sombre et finir par semer la zizanie sur l'île mais la bienveillance reste un mot qui correspond mieux à ce livre.

Quelques infos sur l'auteur



Christophe Carlier est un écrivain français.

Agrégé de lettres classiques et docteur ès lettres, Christophe Carlier enseigne pendant plusieurs années à la Sorbonne. En 1991, il soutient une thèse sur la mort dans les romans de Marguerite Duras.

En 1998, il publie aux Presses universitaires de France un ouvrage sur Hiroshima mon amour, de Marguerite Duras et Alain Resnais.

Il participe à plusieurs dictionnaires et encyclopédies, dont le Dictionnaire de littérature, le Dictionnaire des œuvres littéraires de langue française et le Dictionnaire des lettres françaises.

En 1992, il entre au service du dictionnaire de l'Académie française, où il contribue à la préparation de la neuvième édition, dont le second tome est publié en 2000.

En 2012, Christophe Carlier publie son premier roman L'Assassin à la pomme verte.




lundi 24 juillet 2017

Nos 14 novembre





Détails :

Auteur : Aurélie Silvestre
Nombre de pages : 276
Editions : JC Lattès
Genre : Contemporain


Résumé :
« C’était un vendredi, la vie était belle ». Le cauchemar est arrivé un soir de novembre sans crier gare et la vie d’Aurélie ne sera plus jamais comme avant. Matthieu avait prévu de rentrer tôt après le concert d’Eagles of Death Metal. A 21h46, il lui envoie son dernier texto : « ça, c’est du rock ». Quelques secondes plus tard, les terroristes entrent au Bataclan et font basculer des dizaines de familles dans l’horreur. Matthieu ne reviendra pas. Aurélie, au moment du drame, est mère de leur fils de trois ans et enceinte de cinq mois. Entre deuil et naissance, le livre raconte, d’un automne sanglant à un printemps layette, le combat invisible et émouvant d’une jeune femme qui ne veut pas renoncer à l’énergie, à la joie et au bonheur. Comment préparer une naissance lorsque l’on pleure le père de l’enfant à venir ? Comment rebondir quand tout vous assigne au statut décourageant de victime ? En partant de photos qui disent la quotidienneté de l’absence et la puissance de la vie qui s’accroche, elle témoigne de ce que fut une histoire d’amour assassinée et de ce que sera sa famille, amputée mais debout. Quand la vraie vie ressemble à une tragédie où la mort et la vie se livrent un combat féroce.



Mon avis :
Ce livre je l'ai lu à retardement...janvier ou février 2017 ! Lorsque les événements du 13 novembre sont arrivés, impossible de croire que c'est possible ! On vit dans un pays libre et chaque humain apporte sa richesse aux autres non ?

Pourtant certains en ont décidé autrement !

Mais c'est sans compter sur ce qui nous anime tous, la soif de vivre, de liberté, d'amour !

Aurélie Silvestre porte la vie et pourtant en ce 13 novembre, l'envie de plonger vers le néant a surement dû la tenter. Comment survivre à son conjoint qui vient de tomber sous les balles et qui plus est, est le père de ses enfants ?!

Une grossesse c'est un événement unique, magique et qui doit laisser de bons souvenirs alors imaginer que le pire est à vivre et qu'en plus il n'y aucun espoir d'un retour de l'être aimé, c'est franchement une épreuve colossale qui attend Aurélie Silvestre.

Malgré l'horizon sombre, elle arrivera pourtant à garder en tête une phrase qui résonne encore longtemps après avoir lu son livre "La seule chose que l'on puisse faire c'est s'aimer plus fort".

Elle a raison !

Cette phrase s'applique à n'importe quel décès, l'amour doit toujours sortir vainqueur même quand tout paraît noir. C'est l'amour qui sauve l'Humain, à chaque fois. Au début on ne le voit pas ou plus...mais quelque part il reste cette flamme qui vit en nous, Aurélie l'a même sentie grandir cette petite vie qui s'immisçait dans la sienne pour lui rappeler que malgré l'absence il restera le fruit de leur Amour...les enfants !

Je retiens de ce livre un grand message d'espoir, d'optimisme et de renouveau ! Il ne peut rester que ces valeurs humaines de ce livre...le reste doit être oublié.

mardi 18 juillet 2017

La sonate oubliée




Détails :

Auteur : Christiana Moreau
Nombre de pages : 256
Editions : Préludes
Genre : Contemporain


Résumé :
Deux jeunes filles réunies à travers les siècles.
Deux cœurs passionnés de musique de liberté.
Une ville, Venise, jadis et aujourd’hui.
À 17 ans, Lionella, d’origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la petite ville où elle habite en Belgique. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante.
Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et... une partition pour violoncelle qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi.
Elle plonge alors dans le destin d’Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l’Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel « le prêtre roux », Antonio Vivaldi, enseignait la musique à ces âmes dévouées.



Mon avis :

J'ai lu ce livre dans le cadre des 68 premières fois et c'est une jolie découverte.

L'auteure nous fait découvrir un univers musical plutôt méconnu pour ma part, le violoncelle. Elle m'a aussi entraînée dans deux époques, celle du 18ème siècle et celle plus contemporaine.

Nous faisons connaissance avec Lionella qui vit littéralement pour la musique. Elle est remplie de doute quant à sa participation pour un concours. Trouvera t'elle cette musique unique, qui permettra d'être remarquée par le jury ?

Vous le saurez en lisant ce livre.

Ce livre est comme une jolie mélodie. Il se lit tranquillement et au fur et à mesure s'impose en vous en même temps une musique classique. C'est un livre qui est reposant et plein de bienveillance. Sur fond d'Histoire, nous partons en Italie où le destin d'Ada nous est conté et avec elle l'auteure fait revivre Vivaldi.

Et en parallèle, Lionella nous fait vivre sa passion à notre époque. Jusqu'au jour où son meilleur ami lui offrira un bien plus précieux qu'il n'y paraît. Il lui ouvrira les portes d'un monde qu'elle n'imaginait pas.

Il n'est pas question du tout de suspens et de frissons de terreur mais bien de jolis sentiments et de belles rencontres.

Je suis ravie d'avoir découvert ce roman car il est vraiment très beau, très doux et tout au long de ma lecture j'ai aussi regretté de ne pas connaître plus l'univers de la musique classique. Cet ouvrage m'a aussi confortée dans l'envie de découvrir l'Italie.

Je vous le conseille !


Quelques infos sur l'auteur



Christiana Moreau est une artiste peintre, sculptrice et écrivain.

Après un recueil de poésie, "Poesimage" (2014), "La Sonate oubliée" (2017) est son premier roman.

Elle vit à Seraing, dans la province de Liège.














mardi 11 juillet 2017

Chanson douce




Détails :

Auteur : Leïla Slimani
Nombre de pages : 227
Editions : Gallimard
Genre : Contemporain


Résumé :
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.



Mon avis :
J'ai lu ce livre en janvier 2017. Voilà je me confesse enfin !
Mon avis est un parmi tant d'autres puisque ce roman a obtenu le Graal des prix littéraires 2016 : le Goncourt !

Alors à la limite, mon avis ou pas mon avis ça n'aurait rien changé ;) ou encore comme dirait ma fille "si j'ai pas envie, j'ai pas envie"...

Mais quand même, il faut que je vous dise : ce livre fait peur aux mamans et surement aussi aux papas mais là je ne peux pas parler pour eux !

Ce roman fait peur parce qu'il met en scène ce que chaque parent cache dans un coin de sa tête quand il part en laissant son enfant, avec entre autres et pas forcément dans l'ordre :
* la culpabilité
* la peur
* l'angoisse

Les chapitres sont courts alors le rythme est intense et il embarque au passage toutes nos certitudes et de là naît ce doute : ai-je choisi la bonne personne pour s'occuper de mon enfant ?

Commencer le récit en donnant tout de suite l'issue (qu'on imagine déjà en lisant la 4ème de couverture) c'est osé ! Le lecteur pourrait s'arrêter là et se dire qu'il a tout lu et qu'il n'y a pas d'originalité dans le texte.

Il n'en est rien car l'émotion est tout de suite présente mais ensuite on "relâche" un peu pour passer aux faits et comprendre comment c'est arrivé.

J'ai aimé le travail sur la psychologie des personnages et sur les sujets évoqués par Leïla Slimani. Il est notamment question du retour au travail d'une femme après avoir passé du temps à élever ses enfants. C'est un phénomène de société qui évolue et se modifie pour permettre aux femmes de pouvoir aussi faire carrière mais dans les foyers, comment ça se passe réellement, quel est le poids de la "culpabilité" au moment de revenir au travail et devoir laisser le ou les enfants en garde ?

L'attachement à cette personne extérieure à la famille est aussi un sujet profondément abordé. Il ne s'agit pas de devoir choisir un employé pour une entreprise "classique", il s'agit de mettre en présence des sentiments plus ou moins forts, plus ou moins sincères. Il existe un contrat entre la famille et cette personne mais est-il plus moral ? financier ?

C'est une lecture qui marque énormément et qui laisse les discussions ouvertes. Les mots sont restés et surtout les émotions sont présentes même quelques mois après ma lecture.

A l'heure où les faits divers sont nombreux et touchent beaucoup les enfants, ce livre est percutant et met le doigt sur un rouage qu'on estime mal, jusqu'où vont les limites de l'Humain ?

Quelques infos sur l'auteur




En 2014, elle publie son premier roman aux éditions Gallimard Dans le jardin de l'ogre. Le sujet (l'addiction sexuelle féminine) et l'écriture sont remarqués par la critique et l'ouvrage est sélectionné dans les cinq finalistes pour le prix de Flore 2014.
Son deuxième roman, Chanson douce, obtient le prix Goncourt 2016.

jeudi 6 juillet 2017

Ostende 21








Détails :

Auteur : Arthur Loustalot
Nombre de pages : 208
Editions : Les Escales
Genre : Contemporain


Résumé :
Adèle et Joseph ont vingt-sept ans. Ce sont de beaux enfants. Peut-être les plus beaux du monde. Amoureux fous. Une virée en Belgique leur fait découvrir Ostende. Sur la plage, face à eux, se dresse une architecture raide et grise, soviétique : le Kursaal. Le casino de la ville est l'un des plus grands d'Europe.
Adèle et Joseph entrent et jouent, perdent, gagnent, s'abandonnent à ce monde hors de tout. Ils reviendront, c'est une promesse. Un temps, le jeu sublime leur histoire. Très vite, la réalité est amère, insuffisante. Le quotidien à Paris les accable. Ils s'ennuient, se disputent, se déchirent. Il n'y a que le casino qui les rassemble et les transporte. Protégés du monde extérieur, c'est dans les cris électriques des machines et cet instant suspendu où les cartes se révèlent et se posent que la passion exulte... Alors le piège se referme.



Mon avis :
J'avais envie de découvrir ce livre car la couverture était intrigante, un couple soudé, une voiture, un titre qui n'évoque pas forcément grand chose et deux prénoms... Hâte d'en savoir plus.

Adèle et Joseph, nos héros, forment un couple fusionnel, rempli de passion et on imagine donc que l'histoire sera forte en rebondissements et sentiments extrêmes à tout va.

J'ai trouvé deux thèmes particulièrement présents dans cet ouvrage : l'amour entre Adèle et Joseph et le jeu.

Les deux thèmes mélangés font un roman "huis clos". Rien ni personne (quasiment) ne peut intervenir dans ce duo. Ce qu'ils vont découvrir grâce au casino aura un impact irréversible dans leur couple. Chacun va aller dans sa direction et au milieu de tout ça, revenir à la routine et à la vie "normale" sera comme une montagne à gravir. Le couple aura t'il la force de résister à cette période tumultueuse ?

L'auteur décrypte les rouages de ce cercle vicieux dont tout le monde pense sortir facilement alors qu'il n'en est rien. Je pense que Arthur Loustalot aurait pu aller plus loin encore dans le vice car les personnages en étaient capables.

Je n'ai pas été happée par ce livre comme je le pensais en lisant le résumé, je m'attendais vraiment à ce que l'histoire entre les deux héros soit prépondérante. Or, (et ce n'est pas inintéressant), j'ai découvert bien plus sur le casino que sur les sentiments.

Ceci tient surement au fait que la narration soit guidée par le croupier du casino qui a vu et revu Adèle et Joseph, jour après jour. Il imagine en fait la vie de ce couple d'après ce qu'il discerne de leurs paroles, de leurs gestes.

La fin m'a laissée hésitante. Je suis incapable de dire que je n'ai pas aimé car le style, l'écriture et le rythme m'ont plu mais incapable aussi de dire que j'ai aimé car le fait que le narrateur soit extérieur m'a laissée un peu sur le bord du chemin.

Lecture en demi-teinte pour moi et je serai curieuse d'avoir d'autres avis pour affiner mon opinion donc n'hésitez pas à me le faire savoir si vous l'avez lu !



mercredi 5 juillet 2017

Les aérochats, tome 1




Détails :

Auteur : Bixley Donovan
Nombre de pages : 128
Editions : Slalom
Genre : Jeunesse


Résumé :
Europe, 1916. La terrible meute des CLEBs avance sur Paris alors qu’une nouvelle dramatique tombe au QG des CATs : le major Tom, le plus célèbre pilote de tout le royaume des chats, a disparu en territoire ennemi.
Félix Belair, n’écoutant que son courage, se propose pour accomplir la mission la plus périlleuse de sa jeune carrière en allant chercher le malheureux major Tom, au risque de retomber nez à nez avec le Setter rouge, son ennemi juré.
Aidé par tous les membres des CATs et sous les ordres du commandant Katerina Mimine, le jeune pilote va se révéler à la hauteur de la mémoire de son père, un valeureux membre des CATs.



Mon avis :

Les Aérochats c'est une bande de chats prêts à tout pour sauver le Royaume des chats. Mais en face d'eux une terrible bande adverse : les Cleb's.

Le début du livre est important car il nous présente les personnages et leur caractéristique principale ce qui permet de pouvoir y revenir facilement si besoin.

Les Cats vont devoir user de stratèges plus malicieux les uns que les autres pour partir sauver le major TOM, la star des Cats.

Entre péripéties, rebondissements et autres clichés qui vous feront automatiquement des rappels sur notre propre Histoire entre Première et Seconde guerres mondiales, vous pouvez être sur que votre enfant et vous allez passer un super moment. Les dessins sont justes magnifiques et le récit se tient à la virgule près !

Une lecture idéale pour un enfant à partir de 8 ans et plus mais aussi avant avec l'aide d'un adulte ou d'un ado.

Chaque chat a son caractère et les enfants ne pourront s'empêcher de s'attacher aux deux petites sœurs de la célèbre mécanicienne de l'équipe !

A la fin, personne n'échappera à l'envie de chanter ce refrain "Tout le monde veut devenir un Cat", l'envie de sauver la France s'imposera à vous (oups pardon je m'égare). L'ensemble donne envie de poursuivre la lecture de cette série (le prochain tome sort en Novembre).
Les éditions Slalom ont un atout fabuleux avec cet auteur et cette série, les enfants apprendront en même temps un peu de ce patrimoine qui façonne notre pays car les comparaisons sont nombreuses et sont ludiques pour tout le monde et l'auteur n'a pas oublié d'y ajouter de l'humour. Le livre est complété par des dessins superbes qui transmettent à merveille l'ambiance présente entre les Cats et les Clebs. Mais attention, il est aussi question de sujets importants qui amènent des discussions avec les lecteurs : la tolérance, le respect de chacun, des valeurs...

Nous avons donc un savant mélange réussi qui donne un résultat dynamique et enrichissant.

Je vous laisse la surprise de savoir ce qu'il advient du major TOM, ses moustaches auront-elles une odeur de cramé ????


Quelques infos sur l'auteur



Auteur et illustrateur de la série Les Aérochats, Donovan Bixley a illustré plus de 90 ouvrages parus dans 27 pays. Il a reçu de nombreux prix récompensant sa déjà longue carrière. Il est le co-auteur, entre autres, des séries Dinosaur Rescue et Dragon Knight (Scholastic) qui ont montré un très grand succès.